IN LIBRIS

CHATEAU D'OTRANTE (Le)


Roman « gothique » de l'écrivain anglais Horace Walpole (1717-1797), publié en 1764 sous le titre "The Castle of Otrante, a Gothic Story" . L'auteur prétend que l'idée lui en fut donnée par un rêve dans lequel les détails de sa villa de Strawberry Hill se fondirent avec ceux d'un vieux collège de Cambridge. Le trait le plus saillant de ce rêve avait été l'apparition d'une gigantesque main de fer. La première édition présentait l'ouvrage comme une traduction d'un récit italien écrit en 1529, la supercherie a été dévoilée par l’auteur lui-même dans les éditions suivantes..

Les événements sont censés s'être déroulés au XIII siècle. Manfred, sombre seigneur d'Otrante, neveu de l'usurpateur du trône, qui a empoisonné Alphonse, le souverain légitime, vit dans le cauchemar d'une prophétie de saint Nicolas, selon laquelle les descendants de l'usurpateur continueront à régner, tant que le souverain légitime ne sera pas devenu trop gros pour habiter le château, et que les descendants mâles de l'usurpateur y demeureront. Au début du roman, le fils unique de Manfred est tué par un casque gigantesque, tombé on ne sait d'où, la veille de son mariage avec la gentille Isabelle. Une partie de la prophétie (que l'usurpateur reste sans héritiers mâles) menaçant ainsi de se réaliser, Manfred décide de répudier sa femme et d'épouser Isabelle. Cette dernière s'enfuit avec l'aide d'un jeune paysan. Théodore, qui ressemble étrangement au portrait d'Alphonse, et qui est soupçonné de complicité dans l'assassinat du fils de Manfred. Il est jeté en prison, mais est délivré par Mathilde, la fille de Manfred, dont il s'éprend. Cet amour a un épilogue tragique, car Manfred, soupçonnant une intrigue entre Théodore et Isabelle, et apprenant que Théodore retrouve, la nuit, une dame du château, près de la tombe d'Alphonse, se rend au lieu du rendez-vous et tue la dame, qui n'est autre que sa propre fille ! Le spectre d'Alphonse, qui erre dans le château, sous un aspect gigantesque, devient, selon la prophétie, trop gros pour l'édifice dont il brise les murs. Manfred, atterré, révèle comment il a usurpé le trône ; il se trouve que Théodore est l'héritier légitime, aussi épouse-t-il Isabelle. Manfred et sa femme se retirent dans un monastère.

Le roman n'a pas une grande valeur artistique : le mécanisme est tellement à découvert qu'il y manque ce sens de la vérité et ces rebondissements imprévus qui font l'attrait des histoires de ce genre. L'œuvre est cependant importante, car elle inaugura la vogue des romans noirs ou terrifiants (tale of terror), et stimula le goût pour le style gothique.