IN LIBRIS

VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE.


Roman d'aventures de Jules Verne (1828-1905), publié en 1864.
Dans la paisible maison du vieux quartier de Hambourg où Axel aide aux travaux de son oncle, l'irascible professeur Lidenbrock, géologue et minéralogiste, dont il aime en secret la pupille, la douce Graüben, l'ordre des choses est soudain bouleversé par un cryptogramme vétuste tombé d'un manuscrit runique. Arne Saknüssemm, alchimiste islandais du XVIe siècle, y révèle que par l'une des cheminées du cratère du Sneffels, volcan éteint d'Islande, il a pénétré jusqu'au centre de la terre. Sans perdre une heure, le professeur met sur pied l'expédition. Et un mois plus tard, avec Hans Bjelke, guide islandais aussi flegmatique que son nouveau maître est bouillant, l'oncle et le neveu s'engouffrent dans les entrailles du globe.

Le voyage connaît d'émouvantes péripéties : Axel perdu ;  la soif ; la traversée de la mer souterraine éclairée par un phénomène électrique inconnu, sur les rivages de laquelle Prospèrent les végétations géantes des époques secondaires ; la lutte mortelle entre un ichtyosaure et un plésiosaure ; la tempête et le naufrage ; la découverte de l'homme fossile de l'époque quaternaire, célébrée par la docte conférence du professeur devant un Johanneum imaginaire puis la rencontre d'un être vivant, — homme ou singe — pâtre géant d'un troupeau de mastodontes.
Un poignard rouillé, des initiales gravées dans la roche, montrent encore le chemin, mais il a été barré par un éboulement. On mine l'obstacle mais l'explosion, attendue au large sur le radeau, déclenche un cataclysme. Les voyageurs suivent bien le chemin de Saknüssemm, mais en entraînant toute une mer avec eux. Après une effroyable chute dans des abîmes tourbillonnants et mugissants, l'eau élève le radeau dans un tunnel vertical, disparaît évaporée par la chaleur des matières éruptives qui la poussent : c'est au milieu des terrifiants phénomènes d'une éruption que les explorateurs, entrés par le cratère éteint du Sneffels, sont expulsés par le cratère en pleine activité du Stromboli.

 Le Voyage au rentre de la Terre est-il la meilleure des œuvres de Jules Verne ? C'est une question de goût personnel d'en décider, toujours est-il que l'ouvrage a une tenue littéraire remarquable. Les descriptions du paysage fantastique sont vivantes et sobres. Les figures des trois héros sont parmi les mieux campées d'entre les personnages de Jules Verne, psychologiquement cohérentes, s'équilibrant avec bonheur dans une opposition pleine de mesure et d'humour.