IN LIBRIS

LOLITA

Roman de l'écrivain nord-américain d'origine russe Vladimir NABOKOV (1899-1977), publié en 1955.


Lolita

Cette histoire des amours d'un quadragénaire et d'une nymphette a fait sensation des deux côtés de l'Atlantique et a valu à l'auteur de la Vraie Vie de Sébastian Knight et de la Parade un succès de scandale assez surprenant, car il y a dans l'histoire de cette passion coupable une pureté, ou une intégrité, qui rend le criminel plus sympathique et plus moral que la victime.

Humbert Humbert a été marqué pour la vie par un amour d'enfance : Annabelle, la petite baigneuse de la Côte d'Azur qui fut emportée par le typhus à quatorze ans, l'a rendu incapable de s'attacher à Valetchka, sa première femme. Le déracinement, l'âge, ses démons intérieurs, tout va concourir pour l'empêcher de rester dans le droit chemin : Lolita fait irruption dans sa vie. C'est Dolorès, la fille de Mrs. Haze, sa logeuse de Nouvelle-Angleterre. Pour elle, le quadragénaire sportif et cultivé épouse la veuve passionnée, « la vieille bique »... Mais le ciel fait bien les choses : Mrs. Haze met la main sur le carnet intime de son nouveau mari et la fureur bien concevable qu'elle éprouve la précipite accidentellement sous une voiture.

Pour Humbert, la vraie vie commence ; il s'institue protecteur de l'orpheline et se livre à des orgies d'adorateur-voyeur. Provocante et diabolique, c'est Lolita, la fausse vierge, qui l'oblige à faire d'elle sa maîtresse, et c'est alors que commence le purgatoire de l'amant. Dans un paysage d'autoroutes, de drugstores, de motels, d'un bout à l'autre des États-Unis, il tente de protéger sa maîtresse-enfant des curiosités d'autrui, de se protéger de la perversité et de la perversion de la nymphette, de faire durer un étrange couple où il joue à la fois le rôle d'un protecteur sévère et paternel et d'un amoureux docile. Dangereuse pour le mâle européen trop naïf et sentimental, la nymphette américaine, dépourvue de sensualité comme de compassion, aura le dernier mot : Lolita abandonne Humbert pour une médiocre doublure de lui-même. Mais alors, au terme d'un périple à travers une Amérique insolite, et au moment d'être séparé pour toujours de sa maîtresse maintenant mariée, l'amoureux solitaire se transforme en justicier et abat Quilty « afin que Lolita vive à jamais dans l'esprit des générations futures ».

Dans un style parfait, louvoyant entre la cocasserie pour éviter le mélodrame, et l'humour afin de ménager la pudeur, l'auteur retrace sans la moindre faute de goût cette odyssée psychologique de l'homme, qui paie d'un enfer intérieur son impossible bonheur.