IN LIBRIS

MALLARMÉ

Stéphane MALLARMÉ, poète français, né à Paris en 1842, mort à Vulaines-sur-Seine (Seine-et-Marne) en 1898. De 1862 à 1892, il enseigna l'anglais dans l'Université et fut successivement professeur à Tournon, à Besançon, à Avignon, à Paris (1873). De 1874 à 1875, il rédigea la gazette la Dernière mode.
En 1876, il publia : l'Après-midi d'un faune, églogue. Son volume Vers et Prose (1893) contient les plus importantes de ses pièces. Un an avant sa mort, furent publiées ses Poésies complètes (Bruxelles). Il a écrit aussi en prose ; signalons notamment son excellente traduction des poèmes d'Edgard Poe (1888), et quelques essais de critique littéraire : les Divagations Un coup de dés jamais n'abolira le hasard (1897).

Mallarmé appartint d'abord au Parnasse ; mais, par sa conception de la poésie, il doit être considéré comme étant, avec Paul Verlaine, l'initiateur du « symbolisme », Ses pièces renferment, çà et là, (les vers isolés d'une beauté énigmatique et captivante. Un grand nombre sont, surtout dans la dernière partie de son œuvre, à peu près inintelligibles. Cette obscurité voulue tient à l'esthétique du poète, qui cherchait dans les mots, moins la signification intellectuelle et les rapports logiques, que la valeur et les relations musicales.