IN LIBRIS

NOSTROMO.
Récit de bord

Roman que l'écrivain anglais, d'origine polonaise, Joseph Conrad (Teodor Jôzef Konrad Korzeniowski, 1857-1924) publia en 1904.

L'Italien Jean-Baptiste Fidanza. appelé Nostromo, est parti pour Sulaco en espérant y faire fortune. Dans cette petite ville côtière de Costaguana, il s'est fait une grande renommée de hardiesse auprès des débardeurs du port. Il est plein de fierté et d'ambition, et devient peu à peu un personnage de légende, grâce à ce climat d'admiration dans lequel il aime à vivre et que lui ont valu ses prouesses. Costaguana est une petite république imaginaire sud-américaine continuellement bouleversée par les révolutions. Sulaco et la mine de San Tomé sont menacés par des rebelles. Une quantité importante d'argent est déjà dissimulée dans les caves de la Douane et il faut la soustraire aux entreprises ennemies. Nostromo est chargé de cette mission. Il est aidé par Martin Decoud, un jeune Journaliste qui s'est engagé dans cette histoire par amour pour Antonia Avellanos, la fille de l'organisateur de la résistance à Sulaco.

L'argent est transporté sur une île déserte, et Nostromo revient sur ses pas, laissant là, Decoud dont le tête est mise à prix. Mais, après dix jours de solitude, Decoud est tellement désespéré qu'il s'allonge dans une barque, en emportant avec lui une partie du trésor, destiné à entraîner son cadavre vers le fond, car il a résolu de se tuer. Revenu à terre, Nostromo est accueilli comme un revenant. On pensait qu'il avait sombré avec le trésor, et de ce trésor, du reste, personne ne se soucie plus. Les rebelles se sont retirés et les uns et les autres ont autre chose à penser. Nostromo voit l'entreprise la plus ardue de son existence transformée en un banal fait divers, aux yeux de ceux qui se sont servis de lui.

De retour dans l'île. il n'y trouve plus Decoud et s'aperçoit qu'il manque une partie du trésor ; l'évidence s'impose : le journaliste est un voleur et Nostromo ne pourra rendre intact le dépôt qu'on lui avait confié. Et puisque la plupart des gens sont convaincus que le trésor est au fond de la mer, Nostromo finit par en convenir : ce sera pour lui la vengeance à laquelle il estime avoir droit. Mais la pensée du trésor se met par la suite à l'obséder, détruisant cette paix dans laquelle il était accoutumé de vivre. Poursuivi par une constante malchance, Nostromo meurt, emportant avec lui le secret du trésor maudit.

Dans ce roman de Conrad, le drame de Nostromo projette une lumière particulièrement tragique sur l'ensemble des personnages et sur le déroulement même du récit. Il n'est que de considérer la diversité des protagonistes et cette sorte de transcendance qui donne aux paysages une signification symbolique, ce lourd tissu de fatalité, pour reconnaître en Nostromo l'une des œuvres maîtresses de Joseph Conrad.