IN LIBRIS

LES HAUTS DE HURLEVENT.

 [Wuthering Heights]. Roman d'Emily Brontë (1818-1848), publié en 1847 sous le pseudonyme de Ellis Bell. L'adjectif « wuthering » que renferme le titre est une variante du mot dialectale, d'origine écossaise « whither », substantif et verbe. C'est un mot expressif qui évoque la tempête qui tourne autour de la maison du personnage principal et symbolise pour ainsi dire le décor sonore du roman. Celui-ci se présente sous forme d'un récit fait à la première personne par un voyageur auquel l'histoire a été racontée.

Heathcliff, enfant de bohémiens, abandonné par ses parents, a été recueilli par M. Earnshaw, qui l'élève chez lui à la campagne comme l'un de ses propres enfants. Après la mort du vieux Earnshaw son fils Hindley, caractère mesquin et fantasque fait souffrir le jeune homme qu'il a toujours détesté ; Heathcliff trouve au contraire de la compréhension chez la fille de Earnshaw, Catherine, dont il s'éprend avec toute la fougue de son caractère passionné et violent. Mais un jour Heathcliff entend Catherine affirmer qu'elle ne s'abaissera, jamais jusqu'à épouse le jeune bohémien ; celui-ci profondément blessé dans son orgueil farouche, abandonne la maison Il revient au bout de trois ans, après s'être enrichi ; Catherine a épousé un homme insignifiant Edgar Linton ; Hindley, son frère s'est lui-même marié et accueille maintenant volontiers Heathcliff qui a fait fortune. Mais ce dernier ne vit plus désormais que pour se venger ; un violent et sombre amour le lie Catherine, qui en est bouleversée comme par un envoûtement et qui en mourra, au moment où naîtra une fille, Cathy. Entre tempe Heathcliff a épousé Isabelle, sœur d'Edgar Linton ; il ne l'aime pas et la maltraite cruellement ; il tient en son pouvoir Hindley et soi fils Hareton et laisse ce dernier grandir comme un animal sauvage pour se venger des mauvais traitements qu'Hindley lui a infligés lorsque lui-même était enfant ; puis il attire chez lui Cathy et l'oblige à épouser son fils, débile et repoussant. Il caresse en secret l'espoir d'arrive enfin à s'emparer des biens de Linton. Après la mort du fils de Heathcliff, sa jeune veuve Cathy se prend d'affection pour Hareton et s'occupe de son éducation. Mais maintenant le tempérament d'Heathcliff est épuisé : il souhait la mort qui le réunira à Catherine. Il fait un tentative pour détruire les maisons de Earnshaw et de Linton, mais échoue par suite de son manque de décision. A sa mort, Hareton et Cathy peuvent se marier et vivre heureux.

Ce roman est l'une des œuvres les plus étranges et les plus passionnantes de la littérature anglaise. Emily Brontë a vécu avec ses deux sœurs, écrivains elles aussi, dans une région désolée et sauvage de bruyères battue par le vent, où les fonctions ecclésiastiques de leur père l'obligeaient à résider ; son unique frère était parti pour vivre, au loin, une existence de déclassé. Aussi elle connut peu la vie, dont elle ne perçut que le côté douloureux et dramatique. Un sentiment de profonde communion avec nature, représentée pour elle par la lande déserte lui enseigna une morale héroïque, qui lui permit d'accepter et d'aimer sa vie, sans être encouragé par d'autres joies que celles qu'elle tirait d son propre esprit. Ce roman est donc l'œuvre d'une jeune femme qui puisait uniquement en elle-même son inspiration. Il se tient su un plan poétique où alternent les naïvetés et les intuitions psychologiques extraordinaires à ce titre, il mérite d'être jugé plus comme une poésie que comme un roman. Par exemple il y a une certaine naïveté dans l'analyse de l'âme d'Heathcliff, homme fatal, tout d'une pièce dont certains traits de caractère sont exagérés jusqu'à la perversité ; néanmoins, ce personnage a un puissant relief et une vérité poétique car l'écrivain le connaît et vit avec lui dans une intimité que l'on a seulement avec le créatures de ses rêves. De ce mélange d'ingénuité et d'intuition pénétrante dérive le double aspect du récit : à la fois pure création d'une imagination ensorcelante et image d'une surprenante vérité. Sa puissance et sa nouveauté lui vaudront de servir de modèle à quelques-unes des manifestations les plus accomplies du roman anglais post-victorien.