IN LIBRIS

ORGUEIL ET PRÉJUGÉS.

Roman de l'écrivain anglais Jane AUSTEN, publié anonymement en 1813.

Un jeune homme riche, Charles Bingley, vient à louer une propriété dans le Hertfordshire : du coup, un grand remue-ménage s'ensuit dans toutes les familles des environs, qui voient en lui un parti splendide pour leurs filles. En effet, Bingley s'éprend de Jeanne, l'aînée des cinq sœurs Bennet. Mais la famille est de condition modeste et possède assez peu de ressources de plus Mme Bennet, avec ses manières vulgaires et son manque de tact, n'est pas sans causer de torts à ses filles, qui en pâtissent.

Les deux sœurs de Bingley, soutenues par Fitz-William Darcy, un de leurs amis, essaient tous les moyens pour persuader leur frère de s'éloigner de cette jeune fille qui ne répond pas à son affection : Charles quitte alors brusquement le pays. Entre temps, Darcy, malgré son orgueil et ses préjugés, se prend d'une vive sympathie pour la sœur de Jeanne, Élisabeth Bennet, et la demande en mariage, sans cacher pourtant le sacrifice d'orgueil que lui coûte une telle demande. Élisabeth, indignée, le refuse.

Lorsque plus tard, ils se rencontreront dans le Nord de l'Angleterre, où Élisabeth voyage avec ses oncles, Darcy fera tout pour lui montrer qu'il a compris l'absurdité de ses préjugés passés et de son stupide orgueil. Alors que Lydie, l'une des plus jeunes sœurs d'Élisabeth, s'enfuit avec Georges Wickham, jeune officier sympathique mais d'une moralité douteuse, Darcy recherche les fugitifs, oblige le jeune homme à épouser Lydie et pourvoit à leur avenir. Pendant ce temps, Bingley et Jeanne se fiancent ; et Darcy et Élisabeth, malgré l'opposition de l'orgueilleuse tante du jeune homme, Lady Catherine de Bourgh, ne tardent pas à suivre leur exemple.

Les romans de J. Austen ont été justement appelés « romans de la vie domestique». Les événements y ont une importance relative, l'intérêt est concentré sur l'étude des caractères, dont l'auteur, guidé par une sûre intuition, dévoile les faiblesses, les petites mesquineries, la vanité, avec une sereine indulgence qui en atténue la satire pénétrante. Orgueil et Préjugés est un des premiers romans de J. Austen. Commencé en 1796, il fut offert sous le titre Premières Impressions [First Impressions], à un éditeur de Londres qui le refusa. C'est la plus populaire des œuvres de J. Austen et d'après la majeure partie des critiques, son chef-d’œuvre. Tous les éléments de son art équilibré et sobre aboutissent dans cette œuvre au meilleur résultat. Le cadre de la vie provinciale anglaise avec ses rivalités mesquines, ses commérages, ses petites faiblesses, et parfaitement rendu. L'ouvrage doit une grande partie de sa popularité à la vivacité et à la finesse avec lesquelles sont dessinés certains personnages comiques : le très réjouissant pasteur Collins, un des plus célèbres originaux de la littérature anglaise, dont l'orgueil atteint à la candeur la plus naïve, ou la pauvre Mme Bennet, toujours préoccupée de ses nerfs et de l'établissement de ses filles. Silhouettes campées en quelques traits simples, mais si justes qu'elles en prennent une netteté qui les rend inoubliables.